Détenteurs de porcs et de sangliers

Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation appelle l'ensemble des acteurs, professionnels ou non, à la plus grande vigilance pour éviter l'introduction de la peste porcine africaine dans notre pays. Il s'agit d'une maladie virale très contagieuse des porcs et des sangliers, sans danger pour l'homme mais avec de graves conséquences pour la santé des animaux et l'économie de la filière porcine.

La PPA circule dans plusieurs pays européens et a été confirmée en septembre 2018 en Belgique, chez des sangliers sauvages, près de la frontière française.

Les pays infectés au 20/09/2018 sur le continent européen sont : Belgique, Hongrie, Estonie, Lituanie, Lettonie, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Ukraine, Moldavie, Russie, Sardaigne

Consignes à suivre pour éviter l'introduction de la PPA en France

Pour éviter d'introduire la PPA en France et réagir vite en cas de foyer, nous vous demandons de :

1. Déclarer vos animaux


Tout détenteur de porc ou sanglier (à titre professionnel, de consommation familiale ou d'animal de compagnie) doit déclarer et identifier ses animaux.
La déclaration est obligatoire sur l’ensemble du territoire dès 1 seul porc ou sanglier à partir du 1er novembre 2018.
La déclaration est à faire auprès de l’Établissement départemental de l’élevage (EDE) de votre département.

2. Respecter des mesures sanitaires


Conformément à la réglementation en vigueur
• Ne nourrissez pas vos porcs ou sangliers avec des restes de repas,
• Empêchez tout contact de vos porcs ou sangliers avec des sangliers sauvages (clôtures aux normes, murs, mise en bâtiment…),
• N’introduisez pas de porc ou sanglier venant d’un pays infecté* sauf conditions particulières (contacter la Direction départementale de la protection des populations (DDPP).

Par ailleurs, les recommandations sont les suivantes :
• Tout visiteur doit mettre une tenue et des bottes propres et se laver les mains avant d’entrer en contact
avec vos animaux,
• Empêchez tout contact de vos porcs ou sangliers avec des personnes ayant côtoyé des porcs ou des sangliers de pays infectés (élevage ou chasse) depuis moins de 48 h,
• Si vous êtes chasseur, n’introduisez strictement aucun matériel de chasse (tenue, bottes, voiture), ni trophée, ni chien de chasse dans l’élevage. Lavez-vous les mains au savon au retour de chasse.

3. Contacter votre vétérinaire si vous suspectez la maladie


Perte d’appétit, fièvre (+ de 40°C), abattement, rougeurs sur la peau notamment sur les oreilles et l’abdomen, ou mortalité anormale : contactez votre vétérinaire au plus vite.

Pour plus d'informations :

http://agriculture.gouv.fr/peste-porcine-africaine-ppa-agir-pour-prevenir 
https://www.plateforme-esa.fr



Peste porcine africaine : adaptation des mesures mises en place

Sur la base du dernier bilan de situation, daté du 13 octobre 2018, ce sont 89 cas positifs qui ont été confirmés chez des sangliers sauvages en Belgique, le long de la frontière franco-belge. Les autorités belges ont fait évoluer leur stratégie sanitaire à la lumière de ces résultats de la surveillance, réalisée dans la faune sauvage depuis un mois, et à la suite d'une mission de deux experts européens jeudi 11 et vendredi 12 octobre.

Ainsi, le zonage évolue avec la définition d'une zone coeur, infectée, restreinte, d'une zone tampon tout autour, puis d'une zone d'observation renforcée. En parallèle, il est prévu de maintenir l'interdiction de tout mouvement dans la zone coeur et la zone tampon, mais de reprendre prochainement la chasse dans la zone d'observation renforcée (ZOR). En complément, il est prévu la mise en place d'une clôture dans le sens nord / sud à l'Ouest des cas, afin d'éviter toute diffusion de la PPA vers le massif ardennais. La zone "nord" disposerait quant à elle d'une clôture le long de l'autoroute A4.
 
Au vu de ces éléments, le Ministre français de l'agriculture a annoncé une adaptation des mesures mise en place en France. La DRAAF Grand-Est, en lien avec les préfets des départements des Ardennes, de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle, étudie actuellement les modalités de déploiement pratique de mise en place d'une clôture à proximité de la frontière.
 
Par ailleurs, compte tenu des délais nécessaires à la pose de clôtures le long d'un réseau routier , les préfets ont autorisé les fédérations de chasse à mettre en place des premières clôtures, financées par l'Etat, et ciblant les sites privilégiés de passage de sangliers.
 
Pour en savoir plus sur la PPA, consultez le site du ministère en cliquant ici.

PrinterEmail_open_image
 
Retour